Nueva reseña de Subterráneo Heavy (España)




"Es de agradecer la valentía de gente como AEGRI SOMNIA para romper con estereotipos musicales, y acercarnos un poco más nuestros orígenes. Unos origines que de otra forma, caerían en el olvido. Según podemos leer en sus entrevistas, parece que aún tienen historias por rescatar y contarnos".

Si en el mismo contexto mezclamos metal extremo y música tradicional oral española, muy probablemente la primera reacción sea de escepticismo, incredulidad o sorpresa. Pero si dejamos atrás, primeras impresiones y tópicos ya trillados, seguramente aparezca  en nosotros ese gusanillo que hace ampliar nuestro horizonte, y según dicen mató al gato, la curiosidad. ¿Cómo es posible que dos mundos tan distantes consigan, ya no solo encontrarse sino fusionarse? Si tomamos como premisa, que toda música se nutre, en parte, de los sustratos de la tierra donde están plantadas sus raíces, tenemos que estos son un nexo de unión perfectamente válidos para dicho encuentro. No obstante, es necesaria la intervención de otros agentes externos para hacer florecer el fruto. Dichos agentes nos son otros que la creatividad, la falta de prejuicios y la valentía. Ad augusta per angusta es fruto de ello, y los responsables son AEGRI SOMNIA. Un proyecto paralelo de sus 2 integrantes, iniciado en 2012 por Lady Carrot, procedente del mundo folk castellano LA BOJIGANGA, y Nightmare, componente de la banda de metal extremo AS LIGHT DIES entre otros.

Ad augusta per angusta  consta de 11 cortes que narran historias antiguas, lejanas y caídas en el olvido. Aunque en el fondo, los temas tratados no distan tanto de la actualidad; pues el engaño, el amor, los malos tratos y los prejuicios siguen aún presentes. Todas las narraciones están construidas en atmósferas oscuras e inquietantes, impregnadas de nostalgia y tristeza. Sin duda, la ambientación de los temas lleva el sello del black metal, gracias  al sonido crudo y distorsionado de la guitarra eléctrica y los arreglos de teclado. Una ambientación en la que según mi parecer, dicho género son maestros.

Las guitarras y los teclados, son los únicos instrumentos contemporáneos que he conseguido distinguir. Para el resto, sobre todo en lo referido a la percusión, han optado por dar protagonismo a otros más tradicionales, propios del folclore; dejando a un lado la clásica batería. Los instrumentos más utilizados han sido la pandereta castellana, la gallega y el pandero cuadrado. Tampoco han dudado en utilizar unas simples cucharas, unas vieiras o un almirez, mortero de cocina metálico, como acompañamientos; tal y como nos explica Lady Carrot en su vídeo Aegri Somnia: Sobre Ad Augusta per Angusta.

Los temas desprenden magia, una magia que siempre me han transmitido las historias antiguas, pese a que en ocasiones narren situaciones tan crueles y miserables, como la violencia machista en “Romance de Santa Elena”. El disco consigue atraparte como si del hechizo de una meiga se tratase, gracias a las melodías de guitarras y a una voz dulce e hipnótica. Basta con escuchar “Seran”, cantada en gallego, para quedar embrujado. El único aspecto que más me ha costado asimilar del disco, es el elevado volumen de las guitarras. Esto hace que en ocasiones la voz y algunos elementos de percusión queden apagados, como por ejemplo en el “Señor Platero” o “Charro del labrador”. Un trabajo, que como ellos definen, es un viaje folclórico por toda la península, desde el sudeste hasta el noroeste, desde un fandango de Huelva hasta una jota. Para ser francos, debido a mi desconocimiento sobre cantos tradicionales, la jota, es el único que he reconocido.

Es de agradecer la valentía de gente como AEGRI SOMNIA para romper con estereotipos musicales, y acercarnos un poco más nuestros orígenes. Unos origines que de otra forma, caerían en el olvido. Según podemos leer en sus entrevistas, parece que aún tienen historias por rescatar y contarnos.

Pedro Diaz 

New review by Aristocrazia Webzine (Italy)


"Esperimento ben riuscito per gli Aegri Somnia: mi auguro che riescano a tenere viva la tradizione del folk della loro terra con continuità e passione".

Immaginate una casa abbandonata, circondata da un'aura spettrale, in cui prende vita una sessione musicale del tutto improvvisata; aggiungeteci canti appartenenti alla tradizione orale spagnola del XIX e XX secolo, per giunta sconosciuti perfino a molti autoctoni; come tocco finale, influenze provenienti da universi acustici e distorti, contaminate dagli stili più diversi. Seguite tutti questi passaggi e otterrete gli Aegri Somnia, attivi dal 2012 e dietro al cui nome si celano Lady Carrot, interprete di musica folkloristica castigliana, e Nightmarer (As Light Dies, Garth Arum), proveniente da un tipo di scena musicale più estrema.

"Ad Augusta Per Angusta" è il primo risultato concreto di queste nozze miste tra generi diversi. Un disco che reputo interessantissimo soprattutto dal punto di vista antropologico, dal momento che permette agli ascoltatori di avvicinarsi a una tradizione di nicchia, poco diffusa e, quindi, tutta da scoprire. Banale, ma doveroso e da tenere a mente, «canti popolari tramandati oralmente» è un concetto che si lega inevitabilmente a una ripetitività di fondo nelle melodie e nelle strutture dei singoli brani per esigenze strettamente legate al bisogno di trasmetterle ai posteri e far sì che sopravvivessero: era necessario, in altre parole, creare linee vocali semplici che non andassero perdute col passare degli anni.

Il brano di apertura "Seran" presenta, difatti, ben poche variazioni, mentre già con il successivo "Señor Platero" gli animi si modificano e movimentano, soprattutto grazie alla parte strumentale, in cui figurano suoni acustici, elettrici e anche percussioni. In "La Culebra" troviamo perfino una spruzzata di sonorità elettroniche, mentre la voce cresce in corpo e volume; "La Deshonra" è un concentrato di dolcezza e malinconia che si abbracciano e uniscono: troveremo intenzioni e sensazioni analoghe anche in "Romance De Santa Elena".

"Molinero - Vengo De Moler", "La Niña De La Arena" e "Rondón Del Enamorado Y La Muerte" sono probabilmente le tracce più belle dell'album: movimentate e ritmate le prime due, in cui chitarre flamenco e suoni amplificati si sovrappongono senza disturbarsi le une con gli altri; apoteosi e picco più alto del folklore trattato in tutto il disco la terza, in cui fa la sua comparsa anche una voce maschile di accompagnamento. Se in "Ronda De Mayo" le sequenze di accordi si fanno più allegre, nella successiva "Charro Del Labrador" i suoni amplificati della chitarra elettrica si ritagliano un angolino da protagonista, con plettrate e accordi inequivocabilmente contaminati dal black metal. Il disco si chiude infine con "Veneno", che potrebbe tranquillamente passare per una tipica ballata hard rock, così come il nostro viaggio alla scoperta di canti da non dimenticare.

Esperimento ben riuscito per gli Aegri Somnia: mi auguro che riescano a tenere viva la tradizione del folk della loro terra con continuità e passione.


New review by Dark Entries (Belgium) (7,5/10)

http://www.darkentries.be/nl/recensies/aegri-somnia-ad-augusta-per-angusta


Met bands als Sangre De Muerdago, Har Belex en ook deze Aegri Somnia komt er een frisse wind vanuit het warme Spanje onze kant opgewaaid.

Het verhaal van Aegri Somnia begon ergens in 2012 toen Lady Carrot (Cristina R. Galván; actief in de Castiliaanse folk muziek scene) en Nightmarer (Oscar Martin; actief in avant-garde metal projecten als As Light Dies en Garth Arum) een muzikale sessie hielden in een oud spookhuis in een Noord-Spaanse vallei. Omringd door eenzaamheid, stilte en de geur van natte aarde. Het duo ging in de oude ijzeren keuken, alwaar de termieten bijna de laatste resten van de houten balken weggevreten hadden, aan de slag met tamboerijn, kookgerei dat voorhanden was als percussie en luide akkoorden van de elektrische gitaar. Met een pak traditionele songs onder de arm improviseerde het duo er op los. De twee sterk van elkaar verschillende werelden (de traditionele langs de ene, de zware, harde langs de andere kant) convergeerden en gingen onder de ogen van de geesten die dit verlaten huis bewoonden wel een zeer opmerkelijk huwelijk aan.

Een huwelijk dat al meteen een liefdesbaby ter wereld liet komen: Aegri Somnia. Het duo brengt Spaanse traditionals, liedjes die zelfs voor vele Spanjaarden zelf nog onbekend is, en mengt deze met de excentriciteit die kenmerkend is voor muziekstijlen zoals (black) metal. Maar bovenal wil Aegri Somnia via deze versterkte liedjes een bitterzoete soundtrack bieden die de boodschappen die onze voorouders aan ons hebben doorgegeven, benadrukken.

Ad Augusta Per Angusta is een compilatie van populaire Iberische (een niet-geclassificeerde Europese taal die in de oudheid werd gesproken in het zuidoostelijk deel van het Iberisch Schiereiland, in een gebied dat ongeveer overeenkomt met de huidige Spaanse regio’s Catalonië, Valencia, Murcia en Andalusië.) folk songs uit de late 19de en vroege 20ste eeuw. Een reis door het Spaanse platteland, bevochtigt door het zweet en bloed van onze voorvaderen, een benadering van het magische Spanje met zijn lichten en schaduwkanten, maar ook een blik in de afgrond van het donkere Spanje met zijn innerlijke wreedheid en de brutaliteit van zijn inwoners. Aegri Somnia brengt zo deze tradities, mythes en geheime vertellingen die verspreid werden rond kampvuren na een lange werkdag of tijdens feestdagen, en doorgegeven werden van generatie op generatie, terug tot leven en red ze van de ondergang.

Een unieke aanpak is het wel degelijk, dit contrast tussen het authentieke en het harde karakter. Toch mocht van ons de metalgitaar iets minder doordrukken in de sound van Aegri Somnia. Deze klinkt immers zodanig prominent bij wijlen, dat de traditionele instrumenten wat vanuit de schaduw lijken te opereren. Een song als ‘La Deshonra’ is in deze dan ook een rustpunt, steunend op enkel de mooie vocalen van Lady Carrot en akoestische gitaar, en het geluid van de zee en vogels die de song sfeervol afsluiten. Laat je echter niet afschrikken door de metal waarover sprake, want ikzelve ben ook geen fan van het genre op zich, doch heb dit geen enkel moment als storend ervaren op deze fijne plaat.

Maar dat deze combinatie voor verrassend vuurwerk kan zorgen, zeker wanneer de combinatie dezer twee componenten er pal op zit, zoals tijdens ‘Señor Platero’ bijvoorbeeld of ‘La Culebra’ waarin men verder nog experimenteert met elektronische ritmes. Luister zeker ook eens naar ‘Molinero-Vengo De Moler’ alwaar flamenco en metal zorgen voor een wonderbaarlijke combinatie, die wij tot voorheen niet voor mogelijk achtten.

Ad Augusta Per Angusta klinkt bij de eerste luisterbeurt nog als een tamelijk vreemde combinatie, maar al snel verandert dit in een verslavend plaatje dat door zijn unieke aanpak nog vaak de weg naar de stereo installatie zal vinden.


We zouden dit graag eens op een podium zien, en Aegri Somnia zou zeker niet misstaan op de planken van Castlefest of Coalescaremonium, dus, beste organisatoren, sla jullie slag!

Nueva reseña de Dioses del Metal


“Una propuesta diferente pero efectiva dentro de los derroteros del Metal nacional”

Crítica realizada por ElyAngelOfDeath
Aegri Somnia viene desde Madrid y se formó en el año 2012; mezclan música tradicional oral española (canciones del siglo XIX y principios del XX), con los sonidos del Black Metal. Su trabajo “Ad Augusta Per Angusta” salió el pasado 30 de Enero.

El álbum comienza con Serán, interpretada por Lady Carrot con una exquisita dulzura, con la guitarra  dotando al corte de una atmósfera singular.
Señor Platero, cuenta con esa profunda esencia del Black Metal, creando un corte más duro y con una ambientación a mi parecer más fría. Además, resalta la combinación de instrumentos tan distintos entre sí pero que a manos de Aegri Somnia se entrelazan sus sonidos con una armonía inigualable consiguiendo una composición personal y muestra la esencia de la formación. La Culebra y La Niña De La Arena son pistas interesantes y con una voz vibrante que te atrapará desde el primer momento.

La Deshonra y Rondón Del Enamorado Y La Muerte recogen influencias de canciones de juglares, mientras que en Molinero - Vengo De Moler encontraremos un ritmo ágil en la parte instrumental que estará acompañado por unos sonidos más folclóricos y tradicionales que mostrarán toda la riqueza de las canciones orales españolas, que con tanto ahínco ha cogido la banda para exprimir las raíces culturales del país. Aunque Romance De Santa Elena tampoco tiene ningún desperdicio, es un tema que destaca por esa unión entre la voz tan dulcificada de Lady Carrot y las seis cuerdas de Nightmarer.

Ronda De Mayo es un corte que transmite buena energía y mucha fuerza. Destaca en él también sus fuertes influencias orquestales con protagonismo del teclado, al igual que en Charro Del Labrador, sobretodo en el estribillo.

El plástico cierra con Veneno, una pista tranquila y que destila una magia especial y cierra el disco con un buen sabor de boca.
Aegri Somnia traen una propuesta novedosa que gustará al público metalero español, puesto que “Ad Augusta Per Angusta” tiene un gran sonido y mucho que mostrar. Espero que así sea.

Entretien avec Cristina et Oscar - le 17 février 2017 (Les Eternels)


De la musique folk mélangée avec du black metal... de nos jours, quoi de plus banal ? Hein ? Sauf que :
1. On parle de folk espagnol, pas de folk scandinave/ukrainien.
2. On parle surtout de folk et un peu de black metal.
3. Cristina et Oscar, le duo répondant au doux nom d'Aegri Somnia, sont des interlocuteurs de choix, évoquant bien des sujets avec profondeur.
Si avec ça vous ne lisez pas l'interview...

-Winter : Salut, pouvez-vous présenter?

-Oscar : Nous sommes Ageri Somnia, nous sommes un duo, composés de Cristina et moi. Le nom que j’utilise pour mes différents projets musicaux est Nightmarer. Pour ce projet concrètement, nous faisons converger des styles musicaux très différents. Nous avons tous les deux joué pendant un certain temps dans un groupe de musique celte, typiquement irlandaise. À cette époque-là, nous avons eu envie d’apprendre à jouer du tambourin et nous avons suivi les cours d’Eliseo Parra, qui est un artiste très connu dans le milieu du folk ibérique. C’est là que nous avons senti que nous avions la possibilité d’explorer une voie différente. Nous nous sommes rendu compte que le folk espagnol est un genre extrêmement méconnu, dès que tu sors du flamenco, des sévillanes et de la musique celte galicienne ou éventuellement asturienne. Nous avons donc voulu exploiter ce folk « oublié » et le mélanger avec du black metal de tendance avant-garde, et de la musique electro aussi. Comme il n’y a pas de chemin pré-établi pour ce projet, nous avons expérimenté.

-Winter : à propos de la méconnaissance du genre, je dois vous raconter une anecdote. J’ai fait écouter votre album à ma femme, qui déteste le metal, et je lui ai dit : « Enfin un truc qui devrait te plaire ! C’est du metal mélangé avec du flamenco… » Elle m’a regardé et m’a dit : « T’es con ou tu le fais exprès ? C’est une jota ! Écoute le rythme, il n’y a rien de flamenco là-dedans ! »… (rires) Pour en revenir à l’interview, vous vous êtes concentrés sur le folklore du nord-ouest de la péninsule, non ?

-Cristina : Non, c’est de toute la péninsule. Sur le disque, tu as une chanson galicienne, nord-ouest donc, mais aussi un fandango de Huelva (extrémité sud-ouest de l’Espagne) par exemple. Ton anecdote est amusante et révélatrice du peu de connaissance qu’ont les gens sur le sujet. Quand je dis que je chante du folklore, on me demande « Ah, de la musique celte ? » et je réponds « Non, des jotas », et là tu te fais regarder bizarrement. La musique traditionnelle est vue comme un truc vieillot… Quant à l’absence de flamenco sur cet album, comment dire… Pour te donner une image, le flamenco c’est comme une porte avec une serrure très compliquée et je ne suis pas encore arrivée à l’ouvrir. Un jour j’y arriverai peut-être, mais pas pour l’instant.

-Winter : L’erreur que j’ai commise est très fréquente au pays des Gabachos [terme péjoratif pour désigner les Français]. Quand j’ai fait écouter "El Señor Platero", beaucoup de gens ont également cru que c'était du flamenco.

-Oscar : Ici aussi. Les gens ne font pas la différence. Il faut dire qu’elle est parfois mince entre les différents styles : ça peut être une histoire de vitesse d’exécution, de rythme, de variations sur la manière de jouer…Les chansons se dansent avec les mains plus ou moins hautes… Et oui, il faut préciser que toute cette musique est une musique sur laquelle on danse. Curieusement, l’étincelle de laquelle est né ce projet vient de l’écoute de la chanson "Zambra" du groupe français Hacride. Cette chanson est une reprise d’une rumba flamenca de Ojos de Brujo (groupe barcelonais mélangeant flamenco, hip-hop, …) et on s’est dit que c’était quand même incroyable que ce soit un groupe français qui fasse ce type de reprise et qu’ici personne ne fasse la même chose. Alors bon, notre musique n’a pas grand-chose à voir avec le metalcore d’Hacride mais on s’est dit que l’heure était venue de se défaire de certains complexes. Si tu es allé à des concerts ici, tu as dû te rendre compte qu’il y a une espèce de rejet à l’encontre de la Tradition*, en France c’est peut-être pareil, mais sûrement moins qu’ici…

-Winter : Euh… C’est marrant parce que dans ma chronique je dis justement l’inverse : il y a plus de respect ici qu’en France…

-Oscar : Au moins en France, vous avez de groupes qui chantent en français. Ici non.

-Winter : C’est vrai pour le black metal, mais c’est un phénomène relativement récent. Et d’une manière générale, il y a pas mal de mépris pour la tradition.

-Cristina : Ici aussi.

-Winter : Oui, mais par exemple, ici vous avez les fêtes locales. En France…

-Cristina : Mais les fêtes locales ici, c’est un truc de vieux. Avec mon groupe précédent, nous sillonnions l’Espagne et j’ai chanté dans plein de villages, sur les places, montée sur une charrette, là où on transporte le foin et les animaux, avec mon tambourin… Et c’est un truc de vieux. Ça ne devrait pas être comme ça, le folklore fait partie de notre identité.

-Winter : Je suis d’accord, mais affirmer ça peut te faire passer pour un extrémiste.

-Cristina : C’est vrai, on t’associe très facilement à la droite radicale.

-Oscar : Ici encore plus d’ailleurs, à cause de la guerre civile. Il se trouve que pendant la dictature, la phalange espagnole avait une section féminine qui se consacrait à la célébration d’activités culturelles et sportives, folklore et danse traditionnelle inclus. C’est assez difficile dans l’esprit des gens de séparer le fascisme de la tradition. Ceci dit, le rejet des gens envers le folklore est d’abord dû au fait qu’ils voient ça comme un truc de vieux, plus que comme un truc de fascistes, ce qui quelque part est encore pire… Ici le fascisme ne fait hélas pas très peur…

-Winter : Sinon, vous êtes tous les deux fans de metal ? Toi Oscar, je sais que c’est le cas, tu mentionnes d’ailleurs plusieurs groupes de black metal sur votre page Facebook. Et toi, Cristina ?

-Cristina : Oui, c’est d’ailleurs comme ça que nous nous sommes connus, Oscar et moi. Je chantais à l’époque dans un groupe de metal gothique. Oscar avait besoin, pour l’un de ses projets, d’une voix féminine.

-Winter : Et tu travailles toujours sur ce projet ?

-Oscar : Pas pour l’instant, même si un EP est sorti en 2015. Le projet s’appelle As Light Dies et j’y joue avec d’autres musiciens. Musicalement, les influences se situent du côté d’Arcturus, Borknagar, Ved Buens Ende aussi, Dodheimsgard, c’est assez éclectique. On y trouve aussi du matchore, du gothique… Après, j’ai aussi des projets solos. L’un d’entre eux s’appelle Garth Arum, c’est du metal symphonique. Cristina y chante aussi, tout comme mes amis français de Smohalla, Stagnant Waters et Pryapisme.

-Cristina : Mes goûts sont plus classiques. J’ai commencé avec Nightwish, je voulais chanter comme Tarja Turunen d’ailleurs. Je mis suis ensuite mise au folk et ai dû faire évoluer ma manière de chanter.

-Winter : Il est clair que ta manière de chanter dans Aegri Somnia est assez typique de la chanson espagnole. D’une manière générale, vous privilégiez vraiment le folklore espagnol, vous avez une volonté de classicisme. Après, il y a des morceaux où vous « bousculez » un peu plus la tradition, comme "La Culebra" qui pour moi est vraiment une réussite…

-Cristina : Cette chanson, c’est un petit morceau d’une danse typique de la région de Sanabria (nord-ouest de la péninsule). Dans cette danse, il y a une partie qui constitue une jota de laquelle est issue "La Culebra".

-Winter : En général cependant, vous accompagnez la chanson originale. C’est la démarche inverse des groupes de black-folk metal où la musique peut inclure des éléments folks, éventuellement en grande quantité, mais la base est black metal.

-Oscar : En fait, la tradition orale conserve le chant. L’accompagnement musical est, lui, sujet à variation. Que tu accompagnes le chant avec un tambourin ou avec de l’electro, cela reste ton interprétation. Il est vrai que certains titres de l’album ont un rythme plus proche des interprétations classiques, mais cela reste notre interprétation, qui dans tous les cas a le même objectif : accentuer le germe « maladif » présent dans ces chansons. Par exemple, pour les deux romances de l’album, celle de "Santa Elena" et "La Deshonra", nous avons dû beaucoup réfléchir à comment les accompagner, parce qu’à la base, il n’y a que du chant. Pour "Santa Elena", nous voulions quelque chose de laid, ou tout du moins lugubre.

-Cristina : L’histoire derrière cette chanson est vraiment terrible, même si il s’agit d’un air qui est parfois utilisé comme berceuse et qu’on associe facilement à de vieilles femmes chantant pour endormir des petits. Le défi a été de présenter cette chanson de manière à ne pas rebuter le public, que les gens ne se disent pas « Mais qu’est-ce que je fous ? Je ne vais quand même pas écouter un air chanté par des grands-mères !»

-Oscar : Sur l’aspect de l’accompagnement, un des défis auxquels nous avons été confrontés vient du fait que le chant contient déjà toute l’essence de la chanson. Tout ce que tu ajoutes peut facilement abîmer cette essence, donc il faut faire très attention.

-Winter : Oui, il y a un équilibre fragile à trouver. J’ai quand même tendance à diviser les chansons de l’album en deux : celles qui respectent totalement le thème original et celles où on sent une symbiose entre le folklore et la musique moderne metal ou electro. Sur "La Culebra" – je sais, j’insiste beaucoup sur cette chanson ! - il y a une espèce de climax symphonique, au moment où vous utilisez les trombones, qui me paraît dingue…

-Oscar : Oui. C’est un peu le même procédé qui est utilisé sur "La Ronda De Mayo".

-Cristina : "La Ronda de Mayo", c’est ma chanson préférée de l’album. (NDW : j’éprouve alors l'étrange sensation de ne pas m'être extasié sur le bon titre…)

-Winter : Cette rencontre a priori pas si évidente entre black metal et electro, d’une part, et folklore ibérique d’autre part, vous a paru quelque chose de naturel ou au contraire, vous avez dû d’une certaine manière « forcer » la rencontre, la travailler ?

-Cristina : D’un côté, on peut dire que c’est un processus naturel. Oscar a sa culture musicale, j’en ai une autre. Elles se rejoignent sur certains points, sur d’autre non. Ce projet se fait naturellement comme une convergence de nos affinités. Mais d’un autre côté, c’est un processus qui choque. Je me rappelle que quand nous avons enregistré "La Ronda de Mayo", je l’ai fait écouter à une amie qui chante du folk, et elle n’a pas compris la chanson. Pour elle, c’était simplement la chanson qu’elle connaissait, avec du bruit autour. Et il y aura beaucoup de personnes comme elle.

-Winter : Donc vous êtes conscients qu’il s’agit d’une voie étroite, difficile. Quel est votre public? Comment le décririez-vous ?

-Oscar : Notre public n’existe pas. Ça rejoint la question précédente : cette rencontre devait être provoquée à un moment ou à un autre c’est nous qui nous en sommes chargés. Combien d’albums de black metal sortent par an ? Si un fan veut écouter du black metal classique, il a tous les choix possibles et imaginables. Nous on est là au cas où il ait envie d’écouter quelque chose de différent. Nous voulons explorer cette voie, indépendamment du fait que ça puisse plaire aux gens ou pas, même si, bien sûr, on préfère que ça plaise. Nous avons envie de rompre quelques schémas pré-établis et d’aller à l’encontre des préjugés. En Espagne, certains chroniqueurs n’ont pas du tout compris l’album et se sont limités à faire un copier-coller de la biographie que nous avions envoyée et à dire que c’était difficile d’accès. C’est peut-être difficile d’accès, mais au moins, nous sommes là pour proposer quelque chose de nouveau, que nous sommes les seuls à offrir.

-Cristina : Combien de personnes issues du black metal sont disposées à écouter des jotas ? Aucune. Elles n’en écouteront que si j’arrive à les feinter avec ma pochette à l’esthétique metal.

-Winter : Oh quand même, il y a des gens qui sont intéressés par ce type de musique. Je précise ma question : quel type de personnes vont donnent un feedback de votre œuvre ? Des métalleux ?

-Oscar : Oui. Pas du monde du folk espagnol traditionnel. Ce monde-là se complait dans la vieillerie. Les gens ne veulent pas aller vers eux et eux ne veulent pas s’ouvrir aux gens. Maintenant, les personnes prêtes à écouter du folk irlandais, galicien, français sont plus ouvertes. Une anecdote : nous avons joué aux côtés d’un groupe de black metal excellent nommé AanomM et d’un autre groupe…

-Cristina : Les organisateurs du concert étaient vegans et j’avais dû leur expliquer pourquoi je suivais la méthode traditionnelle et fabriquais mes tambourins avec du boyau… Mais bref, je dévie… À la fin du concert, il y a des black metalleux qui sont venus et m’ont dit que je les avais fait pleurer. 

-Winter : Ceci dit, s’il y a bien une scène metal qui peut connecter avec le folk, c’est bien la scène black metal.

-Oscar : C’est vrai. Mais il y a aussi un autre facteur qui joue : c’est le live. C’est très différent d’écouter un bout de l’album chez soi ou d’aller à un concert où, forcément, vu que tu y es, tu vas devoir te fader tous les morceaux du groupe qui joue. Pour en revenir à ce fameux concert, je dois ajouter qu’il y a aussi des personnes qui nous ont dit qu’il était temps qu’un groupe joue ce genre de choses en Espagne.

-Cristina : Nous avons joué également dans un concert de célébration de la Toussaint, la nuit du 31 octobre, l’ambiance était spéciale, théâtrale. Nous avions mis une table pour expliquer les traditions qui se maintiennent dans certaine partie de la péninsule pour la Noche de los Difuntos (« Nuit des Défunts »), comme le fait de mettre le couvert pour le défunt, ou d’aller à la montagne manger des châtaignes. Quand on finit le concert, un gars s’avance vers moi, limite agressif et me dit : « Tu m’as vraiment rappelé mon père, qui est mort il y a vingt ans ! Qu’est-ce que tu m’as fait souffrir ! »

-Oscar : Beaucoup de ces chansons se chantaient ou se chantent encore à Noël, il est donc tout à fait possible que les Espagnols reconnaissent certaines chansons et que ça leur évoque des souvenirs.

-Cristina : Oui, ou même seulement un vers, une strophe…

-Winter : Quel est le chemin que vous vous marquez ? Allez-vous rester dans le folk ou pensez-vous changer à un moment donné ?

-Oscar : En fait, il y a deux chemins : celui relatif aux albums que nous allons faire et celui relatif à nos prestations live. Sur ce dernier point, ce que nous avons fait jusqu’à présent, c’est monter sur scène à quatre maximum, deux guitares, une basse, Cristina pour la percussion et le reste des sonorités était enregistré, et la musique y perd. Ce que nous avons pensé, afin de compenser le manque de percussions – il nous est impossible de réunir le nombre de percussionnistes suffisant - c’est ajouter une batterie. Mais le batteur ne jouerait pas de manière orthodoxe, il appuierait de manière subtile le reste des instruments. En ce qui concerne les albums, nous avons déjà pas mal de matériel pour le prochain travail. Nous avons d’une part des chansons dans la ligne du premier album et d’autre part, du matériel concernant la Guerre Civile vue du côté républicain.

-Cristina : nous avons déjà été transgresseurs en dépoussiérant ces vieilles chansons traditionnelles et ça ne va pas s’arranger vu qu’on va aborder la Guerre Civile, qui est un sujet de notre histoire qui nous inspire une certaine honte. Avec le temps on découvre toujours plus de choses sur cette guerre…

-Oscar : Ce sont des chansons qui ont beaucoup de force. Leur diffusion avait bien sûr été interdite. Elles sont remplies d’espoir de victoire, ce sont des odes à la victoire. Quand les Républicains ont perdu, elles se sont teintées d’une mélancolie incroyable. Les thèmes abordés sont forcément violents, on parle de prendre la mitraillette, de tirer, de tuer, etc. Nous devons encore travailler tout ça, mais c’est l’idée.

-Winter : Vous envisagez une action politique pour accompagner l’album ou vous restez dans la création artistique ? Voulez-vous transmettre un message politique ou préférez-vous simplement transmettre un témoignage ?

-Cristina : Comme sur bien d’autres sujets, Oscar et moi avons un point de vue différent. Pour ma part, je crois que nous devons nous limiter à la mission didactique. Nous dépoussiérons des choses et nous les faisons connaître, chacun étant ensuite juge de ce qu’il écoute. Ceci dit, nous ne pouvons pas non plus complètement rester étrangers à ce que nous jouons.

- Winter : C’est sûr que le fait de choisir des thèmes républicains ne devrait pas faire beaucoup rire ceux de l’autre bord.

-Oscar : Ce n’est pas si évident. Il y a pas mal de pro-fascistes qui nous suivent aussi.

-Winter : Il est également sûr que vous ne pouvez pas rester étrangers à vos propre choix, mais vous pouvez vous contenter de jouer ces chansons ou de délivrer un message politique dans les concerts, en disant aux gens quelle voie ils doivent suivre.

-Cristina : Je ne suis pas partisane de cette option. Maintenant, si à un moment donné notre musique est choisie pour accompagner un acte politique, je ne m’en plaindrai pas.

-Oscar : De toute façon, ces chansons ne parlent pas de doctrine politique mais de la résistance, de la lutte des classes, de la survie. Aucun air ne parle du Capital de Karl Marx, ni de Mao. Quelques fois il y a des allusions à des Commandants comme Carlos, du Cinquième Régiment, mais principalement, ils parlent du pouvoir du peuple qui s’unit pour se défendre d’un coup d’état, d’une insurrection militaire.

-Winter : Vous orientez tout ça du côté de l’expérience humaine.

-Oscar : Et du récit, surtout.

-Cristina : C’est le fil conducteur d’Aegri Somnia depuis le début. Nous prêtons notre voix à des personnes défuntes, qui nous racontent des expériences douloureuses qui leur ont fait commettre des folies. Parfois, ils les ont commise dans le seul but de rester en vie.

-Winter : Plus le temps passe et plus j’ai la sensation qu’au-delà des couleurs politiques, la Guerre Civile a été un drame.

-Cristina : Oui. Un énorme drame.

-Winter : Et en fin de compte, il n’y a pas eu tant de temps qui s’est écoulé depuis. C’est quelque chose d’encore très présent.

-Oscar : Oui, il suffit d’acheter un journal pour s’en rendre compte.

-Cristina : Exact. Mais j’insiste sur le fait que ces histoires parlent de personne qui se sont données corps et âme et grâce à elles, je peux chanter ces chansons.

-Winter : Ce sont des airs où la douleur est très présente, avant même que vous ne les remaniiez.

-Oscar : Il faut dire que nous avons quand même sélectionné certaines chansons. Il y a aussi du folk heureux. "La Ronda de Mayo" est d’ailleurs un thème joyeux, mais on y retrouve toujours un point de nostalgie, ne serait-ce que parce que ça évoque des personnes disparues, une Espagne, plus pure, plus innocente, qui a disparu. Et de toute façon, la douleur reste toujours un peu présente.

-Winter : Oui. Il y a toujours en filigrane la souffrance du peuple, des gens normaux.

-Oscar : Il faut dire que l’Espagne est en retard en comparaison avec les autres pays européens. Nous ne sommes sortis du féodalisme qu’avec la démocratie (en 1978 avec la rédaction de la Constitution actuelle). C’est un pays finalement encore assez peu industrialisé. Les campagnes sont désertes et pleines de villages abandonnés. El Gran Wyoming (un comique local assez connu) disait dans une interview qu’il avait connu à la fois l’Espagne de Curro Jiménez, celle des Espagnols luttant contre l’envahisseur français avec leur couteau (début du XVIIIème siècle et Napoléon) et l’époque moderne, avec une transition d’à peine quelques décennies. L’Espagne des années soixante était très similaire à celle du XVIIIème siècle.

-Winter : Pour revenir à l'aspect musical, les musiciens qui vous accompagnent, ce sont des amis ?

-Oscar : Oui. Il y a notamment une fille qui s'appelle Cecilia, issue de la scène IDM (Intelligence Dance Music). Elle a une voix assez particulière et joue toute sorte d'instruments, elle était très enthousiaste à l'idée de participer. D'autres personnes se sont proposées, mais aucune personne que nous ne connaissions pas auparavant. Pour les concerts nous sommes en train de voir qui peut nous accompagner pour les concerts, si nous arrivons à en faire, le problème étant que nous ne savons pas quel est notre public...

-Winter: Vous vous voyez dans des fests comme Madrid Is the Dark ?

-Oscar : Absolument ! J'y ai d'ailleurs déjà joué avec un de mes projets et l'organisateur est un ami. Simplement, il ne nous appellera que si Aegri Somnia a un certain succès.

-Cristina : Je nous vois jouer n'importe où, sincèrement. Je ne suis pas timide !

-Winter : Au Hellfest ?

-Les deux : Bien sûr. Pourquoi pas ?

-Cristina : N'importe où. Dans une fête de village aussi.

-Winter : Merci d'avoir répondu à toutes ces questions !

-Les deux : Merci à toi !

*: il y a la Tradition, concept apolitique qui exprime la perpétuation de la connaissance, et les traditions, sur lesquelles gauche et droite s'entretuent. Ce n'est (vraiment) pas la même chose.

Review with Ave Noctum (9'5/10)


There’s always a risk in taking on traditional music, as sometimes through no fault of the music it’s just impossible to cut across the culture. In this case it’s Castilian oral folk music but mixed with avant garde metal. Well, I’ve managed Estonian yoiking before and came out unscathed, so here goes.

Well I was immediately put on the back foot. A high-pitched harmony, sung by a lady called “Lady Carrot”, provides a loftiness. The beat is North African – Moorish, perhaps – and the more recognisable guitar work is in keeping and in proportion. It’s a good and very interesting start. A dramatic riff follows, but the star of the show is this Carrot woman. The pitch is so high that it’s almost Indian. This is just brilliant. The metal element changes tack. It becomes more exciting, urgent and black metal, but that lady infuses more exoticism than any instrument. Even a progressive passage doesn’t faze her. I can only imagine that Lady Carrot is Kate Bush’s Spanish sister. “La Culebra” continues the process of sucking us in. It sounds so Spanish that I imagine the lady twirling in a multi-coloured dress and gesticulating with her hands. What’s interesting is that the metal guy, who plays death, black and symphonic metal in As Light Dies and Garth Arum, is on the same wavelength even though the style is totally different. Neither style overpowers the other. “La Culebra” ends dramatically. This is pure opera. Ringing tones now work behind the lady who sings a sad song with pomp and beauty. My Spanish is non existent but what I do know is that there is a mass of expression, feeling and power in the delivery of this song. Where Finnish warriors romp by fires in the wood, this is from the warmth and colourful temperament of Spain. Strangely we hear birds singing, doors squeaking and the sound of children – it’s one of many interesting touches.

Now we hear traditional Spanish guitar music. Subtly the metal guitar comes in and plays a jolly tune. The lady’s voice floats above this mix of metal and Spanish tradition. “Molineto – Vengo de Moler” is the song. The blend is immaculate and powerful. It’s yet another song of balance and passion. There’s a more metal edge to “La Niña De La Arena”. But it’s an exciting one. The lady and music exude urgency and heroism. Is that a trumpet? This conjures up the image and colour of Spanish festivals. Bells toll. The lady introduces the drama. The electric guitar is strident. It is “Romance de Santa Elena”. The scene is irrepressible and dark. The electronic end is sinister. Clapping can be heard. The guitar raises the pitch and of course the soft and sweet ones of the lady raise the bar once more. A kind of hey nonny nonny folk music strikes up, but of course “Rondón Dei Enamorado Y La Muerte” has the extra twist of the vocals and the balance of the metal guitar, which plays through an atmospheric piece while the clapping continues around it. “Charro de Labrador” again mixes the quality of a catchy traditional song with special vocals and high- powered instrumentals. Melancholic and lush guitar work would be enough to express the atmosphere of “Veneno” but the lady takes us to greater heights once more. There is a haunting sound running through the background. The lady sounds vulnerable. The atmosphere is tense yet magical. And magical is what this album is. It ends with a fusion of sounds in an experimental way. And again it’s not folk, it’s not metal but it is unpredictable and incredible in its cohesion and harmony.

This album is unique. With the uniqueness go high quality musicianship and a special atmosphere. I am a Northern European of Irish descent with not a trace of Hispanic blood in me. Yet this album took me to the heart of Castile, an area of a country I have never been to in my life. All the elements are perfectly harmonised in spite of the mix of ingredients suggesting that in any rational world they shouldn’t go together. I can’t remember listening to an album where the music and the vocals have transported me to such a different and vivid place like this. It is both interesting and a sheer pleasure to listen to. “Ad Augusta per Angusta” is a musical and cultural temple.


(9.5/10 Andrew Doherty)